From 1 - 10 / 61
  • Ce jeu de données correspond à la représentation graphiques (à des fins cartographiques) des faisceaux (axes) de chaque voie ferrée. Le jeu de données est complet (version publiée en 2015) pour Paris (75), les Hauts-de-Seine (92), la Seine-Saint-Denis (93), le Val-de-Marne (94) mais partiel pour la Seine et Marne (77), l'Essonne (91) et le Val d’Oise (95).

  • Table alphanumérique regroupant des données statistiques à la parcelle urbaine (dénombrements, surfaces, densités bâties), calculées entre autres à partir des tables issues de la matrice cadastrale MAJIC3 DGFiP et des données bâties graphiques (source volumes bâtis DU et emprises bâties Apur). Pour ce qui concerne les données issues de la matrice cadastrale, les indicateurs ne sont calculés que lorsqu’une parcelle urbaine est issue d’une ou plusieurs parcelles cadastrales (regroupement).

  • La section cadastrale est le premier niveau du découpage du plan communal cadastral. Chaque section est désignée par une ou plusieurs lettres majuscules. Si leur représentation nécessite plusieurs feuilles, chaque feuille est désignée par la ou les lettres de section puis d’un numéro d’ordre (ex : A1, B3, AD2…). La limite de section passe généralement au milieu de la voie, mais peut dans certains cas couper un ilot. Limites d’usage et remarques : La division du territoire communal en sections a été effectuée afin de faciliter la recherche des propriétaires et de reconnaître ainsi plus aisément la situation de leurs immeubles, en évitant l’utilisation dans les documents cadastraux d’une trop longue série de chiffres pour la numérotation parcellaire. Le cadastre édite son plan papier par section au format grand aigle (105 x 75 cm) à une échelle au 1/500 pour Paris , et hors Paris variant entre le 1/500 pour les secteurs urbains denses et le 1/5000 pour les parcellaires de grandes tailles (bois et espaces ruraux).

  • Le quartier désigne la division administrative d'une partie de chaque arrondissement parisien. Chaque arrondissement est découpé en quatre quartiers administratifs. Paris compte ainsi quatre-vingt quartiers administratifs.

  • Une orthophotographie (ou orthophoto) est une image obtenue par le traitement d’un cliché aérien numérique dont la géométrie a été redressée en tout point afin de permettre une superposition à une carte plane et géoréférencée. En d’autres termes, une orthophotographie semble être prise à la verticale (ou avec un devers minimal) de tous les points qu’elle figure afin de minimiser notamment la vue de façades des bâtiments de grande hauteur. Dans le cas de cette orthophotographie aérienne de 2012, la radiométrie de chaque pixel représente un niveau d’intensité pour les longueurs d’ondes du rouge, du vert et du bleu dans la bande spectrale du visible (450 à 750 nanomètres). Résolution : pixel de 12,5 cm

  • Une orthophotographie (ou orthophoto) est une image obtenue par le traitement d’un cliché aérien numérique dont la géométrie a été redressée en tout point afin de permettre une superposition à une carte plane et géoréférencée. En d’autres termes, une orthophotographie semble être prise à la verticale (ou avec un devers minimal) de tous les points qu’elle figure afin de minimiser notamment la vue de façades des bâtiments de grande hauteur. Dans le cas de cette orthophotographie aérienne de 2008, la radiométrie de chaque pixel représente un niveau d’intensité pour les longueurs d’ondes du rouge, du vert et du bleu dans la bande spectrale du visible (450 à 750 nanomètres). Résolution : pixel de 12,5 cm

  • Les îlots statistiques représentent une couche actualisée des îlots INSEE du RGP 1999, dont l’enveloppe externe est dérivée des îlots physiques, et dont l’identification respecte celle des ilots INSEE 1999. C’est un niveau d’agrégation de l’information issue du recensement particulièrement utile pour la cartographie thématique. Pour rappel, l'INSEE (en concertation avec les communes de plus de 10 000 habitants) a découpé le territoire en îlots INSEE 99 pour le recensement de la population de 1999. L’îlot pour le recensement de la population de 1999 est le découpage infra communal le plus détaillé d’exploitation et de diffusion par l’INSEE des résultats du recensement général de la population. Les collectivités locales peuvent utiliser en interne les résultats de ce recensement au niveau îlot. Cependant, la diffusion externe est limitée par la CNIL aux éléments suivants : ventilation de la population par sexe et grands groupes d'âges (0-19 ans, 20-39 ans, 40-59 ans, 60-74 ans et 75 ans ou plus) et ventilation des logements en résidences principales et secondaires, logements vacants et occasionnels. Les résultats de traitements statistiques plus détaillés ne peuvent être diffusés qu'au niveau IRIS, voire TRIRIS. Les îlots INSEE du RGP 1999 ou îlots INSEE99 ont été identifiés par l'INSEE, mais leur géométrie a été constituée par l'Apur. Cependant, la géométrie des îlots INSEE 99 datait de plus de 10 ans et ne correspondait plus du tout à l’état actuel du terrain, et étaient donc inadaptés pour la cartographie thématique à moyenne et grande échelle. La couche d’îlots dits « Ilots Statistiques » permettent de répondre à cette problématique. Les contours extérieurs coïncident avec les îlots physiques, mais la découpe interne est celle des îlots INSEE 99. Les îlots statistiques sont en quelque sorte une décomposition des îlots physiques par les îlots INSEE 99. Ils récupèrent le code INSEE 1999 (NIL99) et permettent ainsi une cartographie des données INSEE sur une découpe d'îlots correspondant à une géométrie actuelle. Dans la plupart des cas les îlots statistiques et les îlots de physiques sont les mêmes. Cependant, les îlots physiques incluent une décomposition des espaces publics (îlots de voirie, talus plantés, quais des rivières et canaux, etc.). Ainsi, ces îlots sont exclus des îlots statistiques, seuls les îlots susceptibles de comporter emploi ou population étant pris en compte dans cette couche. MISE A JOUR DU TEXTE PROPOSE (02/04/2014) La couche des îlots statistiques est dérivée de celle des îlots physiques dans laquelle sont exclus les ilots correspondant à des espaces publics (îlots de voirie, talus plantés, quais des rivières et canaux, etc.). Cette couche est utile à la cartographie thématique pour représenter la trame urbaine, ainsi que les densités, puisque chaque ilot comporte les surfaces relatives à la population et à l’emploi (calculées en fonction de la couche des emprises d’équipement. Limites d’usage et remarques : Important : lors de représentations thématiques à l’îlot, notamment pour celles comportant des densités, il conviendra d’abord d’utiliser préalablement les surfaces d’îlot relatives à la population et à l’emploi (voir attributs ci-dessous) pour les calculs de densité (si celles-ci ne sont pas directement disponibles). D’autre part, afin de ne pas fausser la lecture des cartes : • pour une carte concernant la population, il faut « plaquer » systématiquement les emprises d’équipement ne comportant pas de population (voir la fiche Emprises d’équipement).

  • Les détails topographiques surfaciques rassemblent des éléments d’habillage qui offrent la possibilité d’une représentation cartographique détaillée des emprises des équipements, améliorant le rendu et la lisibilité. Ils contiennent en particulier les allées dans les espaces verts et les cimetières, les pelouses dans les autres équipements, ainsi que certains éléments d’habillage spécifiques (pistes d’athlétisme). Limites d'usage et remarques : Un des objectifs de cette couche est de permettre un rendu complet équivalent à celui figurant en tant qu’affectation du sol dans les applications existantes. Pour ce faire, il conviendra de superposer les informations provenant de plusieurs entités, soit en plus des éléments de cette couche, les emprises des équipements, les emprises bâties, les plans d’eau, des éléments provenant des ilots physiques (talus, espaces aménagés, quais, ilots de voiries). A noter que les allées dans jardins et espaces verts ont été actualisées sur Paris en 2012. Les pistes d’athlétisme/cyclisme et hippodromes ne sont saisies que sur Paris. La mise à jour de certains types de détails (pelouses) n’a pas été effectuée.

  • Une orthophotographie (ou orthophoto) est une image obtenue par le traitement d’un cliché aérien numérique dont la géométrie a été redressée en tout point afin de permettre une superposition à une carte plane et géoréférencée. En d’autres termes, une orthophotographie semble être prise à la verticale (ou avec un devers minimal) de tous les points qu’elle figure afin de minimiser notamment la vue de façades des bâtiments de grande hauteur. Dans le cas de cette orthophotographie aérienne de 2005, la radiométrie de chaque pixel représente un niveau d’intensité pour les longueurs d’ondes du rouge, du vert et du bleu dans la bande spectrale du visible (450 à 750 nanomètres). Résolution : pixel de 12,5 cm

  • Ce jeu de données propose l'ensemble des limites communales de la région Île-de-France. Une commune correspond à la plus petite subdivision administrative du pays. Une particularité : Paris est à la fois commune et département. Au 1er janvier 2020, l'Île-de-France compte 1 268 communes.