From 1 - 10 / 12
  • Ce jeu de données propose l'ensemble des limites communales de la région Île-de-France. Une commune correspond à la plus petite subdivision administrative du pays. Une particularité : Paris est à la fois commune et département. Au 1er janvier 2020, l'Île-de-France compte 1 268 communes.

  • L’arrondissement municipal désigne une partition de la commune de Paris. Paris compte ainsi vingt arrondissements.

  • Cette couche est une agrégation des entités administratives des communes d'Ile-de-France et des arrondissements de Paris, distinguant les grandes emprises boisées des parties urbaines. Elle répond aux besoins cartographiques (et ou statistiques) de représenter de manière différencier les parties urbanisées des parties boisées. Limites d’usage et remarques : Le lien entre cette entité et une donnée à la commune (population, emploi, etc.) doit se faire sur le code C_CAINSEE, en excluant les parties boisées, c'est-à-dire en sélectionnant seulement les polygones pour lesquels B_BOIS vaut « N ».

  • Jeu de données géographique des zones affectées à la circulation piétonne sur Paris. Dans ces zones, seuls les véhicules nécessaires à la desserte interne de la zone sont autorisés à circuler à l'allure du pas et les piétons sont prioritaires sur ceux-ci.

  • Ce jeu de données décrit tous les groupements de communes en Île-de-France sous la forme d'Etablissements Publics de Coopération Intercommunale dit EPCI. Ces groupements se classent en quatre catégories : - les communautés d'agglomération (CA), - les communautés de communes (CC), - les syndicats d'agglomération nouvelle (SAN), - et les Etablissements Publics territoriaux (EPT). La région Île-de-France compte en 2020 1 268 communes (le même nombre qu'en 2019) et 63 EPCI (disparition de la Communauté de communes du Pays Créçois).

  • Recensement des principaux secteurs de projet d'aménagement en Ile-de-France par l'Institut Paris Région. Situation (février) 2020 Ce recensement est effectué en continu grâce à une veille territoriale et thématique réalisée par L’ Institut Paris Region (suivi des documents d'urbanisme, études territoriales, veille internet), grâce à l'apport de données externes (abonnements auprès de la société Explore et de sites de presse spécialisée), et depuis novembre 2014 grâce aux contributions de la Wikimap’ Projets, carte collaborative en ligne accessible à tous les acteurs de l’ aménagement en Ile-deFrance. Les projets sont généralement cartographiés selon leur vocation dominante (champs DOM1) et leur état d'avancement (champ ETAT). Limite d'utilisation La couche recense a minima les projets de plus de 50 logements en petite couronne et 10 logements en grande couronne, les projets de plus de 5000 m² de surface de plancher, ou à défaut de ces informations les projets de plus d’ un hectare d’ emprise au sol, et les projets d’ équipements et d’ espaces ouverts de niveau métropolitain. La couverture de l’Ile-de-France n'est pas tout à fait exhaustive, et certains secteurs sont plus à jour que d’ autres (voir le champ DATE4 : année de mise à jour du projet). La valeur -1 dans les champs numériques correspond à une absence d'information. Attention aux traitements quantitatifs : chiffres de programmation à manipuler avec précaution (surtout si le projet est à l’ étude- voir le champ ETAT - et pour les PRU), redondance de certains chiffres de programmation, périmètres parfois représentés sous forme grossière (voir le champ QUAL_PERIM).

  • Ce jeu de données décrit les limites administratives des établissements publics territoriaux (EPT) de la Métropole du Grand Paris. Les EPT sont les structures administratives ayant le statut d'établissement public de coopération intercommunal créé en 2016 dans le cadre de la création de la Métropole du Grand Paris (MGP) au sein des trois départements de la petite couronne et (pour 7 communes) dans deux départements limitrophes : T1 - Ville de Paris ; T2 - Territoire Vallée Sud-Grand Paris ; T3 - Grand Paris Seine Ouest ; T4 - Paris Ouest La Défense ; T5 - Boucle Nord de Seine ; T6 - Plaine Commune ; T7 - Paris Terres d'Envol ; T8 - Est Ensemble ; T9 - Grand Paris Grand Est ; T10 - Paris-st-Marne et Bois ; T11 - Plaine Centrale - Haut Val-de-Marne - Plateau Briard ; T12 - Grand-Orly Val-de-Bièvre Seine-Amont Pour plus de précision : https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9tropole_du_Grand_Paris

  • La BDCOM (ou Base de Données des Commerces) est un recensement triennal à l’adresse, de tous les locaux parisiens en rez-de-chaussée ayant une vitrine et un accès sur l’espace public. Le recensement des commerces parisiens proposé ici est le résultat d'une enquête terrain réalisée en octobre 2020 avec une vingtaine d'enquêteurs qui ont ainsi sillonné l’ensemble des voies parisiennes et ont vérifié (mise à jour) et relevé dans une base de données structurée 83 399 locaux dont 61 541 commerces et services commerciaux. En plus de la localisation précise de chaque commerce (sur rue, en cour d'immeuble, concentration commerciale ou en angle de rues), les enquêteurs relèvent également l’activité dans le cadre d'une nomenclature (en plusieurs postes suivant les niveaux : voir descriptions dans la liste des codes accessible par lien ci-dessous) ainsi qu'une appréciation de la surface du local commercial (inférieure à 300 m², entre 300 et 1000 m² ou égale ou supérieure à 1000 m²). Seuls les commerces présents dans une concentration commerciale sont "empilés" géographiquement sous forme de points les uns sur les autres. La nomenclature (regroupement détaillé en 220, 47, 18, 13 ou 6 postes) de la BDCOM 2017 est proposée dans un fichier Excel (.xlsx) qui sera téléchargeable en suivant ce lien : https://www.apur.org/open_data/BDCOM_2017_CODACT_OD.xlsx La nomenclature 2020 sera très bientôt mise à disposition dans cette même fiche descriptive. Ce travail de constitution d'une base de données donne lieu à de nombreuses études et datavisualisations: - https://www.apur.org/fr/nos-travaux/inventaire-commerces-paris-2020-evolution-2017-2020 - https://www.apur.org/fr/geo-data/commerces-paris

  • La parcelle urbaine est un objet né du besoin de disposer pour des représentations cartographiques, d’une division de l’espace urbain plus proche de la réalité. Ainsi, la parcelle urbaine tient compte aussi bien d’une approche physique du terrain que d’une approche foncière. La notion de parcelle urbaine engendre des regroupements en fonction de l’usage/de la fonction (équipement) et de la propriété au sol (unité foncière). - emprise d’équipement considérée comme une seule unité foncière - parcelles cadastrales adjacentes de même propriétaire regroupées en une seule. Les statistiques sont conçues à partir des fichiers fonciers, des emprises bâties ainsi que les données RPLS. Certaines parcelles urbaines ne possèdent pas d'information car il n'a pas été possible de remonter l'information à partir des parcelles cadastrales dû à leur géométrie différente. Mais il y a une information quand une parcelle urbaine englobe plusieurs parcelles cadastrales ainsi qu'une parcelle cadastrale regroupant plusieurs parcelles urbaines (selon une répartition particulière).

  • Le Syndic est une personne physique ou morale chargée de la représentation du syndicat des copropriétaires et de l'administration des parties communes d'une copropriété. Le gérant est la personne physique ou morale chargée de l’administration des biens mis en location. L’objet Syndic est issu du fichier des propriétaires de la matrice cadastrale (fichier MAJIC3) et géré par la DGFiP. Limites d'usage et remarques : Dans le cas d’une copropriété, la DGFiP s’adresse au syndic qui répartit la taxe foncière ou la taxe d’enlèvement des ordures ménagères entre copropriétaires. Le même syndic sera répété autant de fois qu’il gère des biens dans des communes ou arrondissements. Par exemple le syndic (de nom X) est répertorié 3 fois : - Identifiant 75115 * 2 - 2 pour la copropriété 15 * 2 (N° 2 du 15ème ardt), - Identifiant 75115 * 13 - 2 pour la copropriété 15 * 3 (N° 13 du 15ème ardt), - Identifiant 75116 + 1 - 2 pour la propriété appartenant à la personne morale N° 2 du 16ème ardt.